Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un "sentiment" de changement de population ?

L’an dernier, avec un arrêté municipal controversé, la municipalité de gauche avait exigé la fermeture des terrasses de la rue de l’Épeule dès 20 h 30. La raison invoquée à l’époque ? Les nuisances sonores constatées durant l’été de 2012.La nouvelle municipalité s’était montrée plus conciliante que la précédente en obligeant les commerçants à remballer leur terrasse qu’à 23 h 30 durant la période estivale. Mais à l’Épeule, pendant le ramadan, certains commerçants auraient souhaité travailler plus tard dans la nuit. C’est pendant cette période de l’année qu’ils réalisent leur plus gros chiffre d’affaires. Du coup, certains ont bravé l’interdit et des PV sont tombés.

Le problème n’est pas nouveau. L’an dernier, avec un arrêté municipal controversé, la municipalité de gauche avait exigé la fermeture des terrasses de la rue de l’Épeule dès 20 h 30. La raison invoquée à l’époque ? Les nuisances sonores constatées durant l’été de 2012.

En revenant sur cette disposition (lire l’encadré), la nouvelle municipalité de droite pensait avoir apaisé les esprits dans le quartier. Mais l’été a de nouveau été émaillé par des incidents. En dépit du nouvel arrêté municipal qui n’obligeait les commerçants à remballer leur terrasse qu’à 23 h 30, certains ont dépassé l’horaire et ont donc été verbalisés par la police municipale. Aujourd’hui, ils sont amers et craignent que ces amendes nuisent à leur chiffre d’affaires estival, plus élevé quand il coïncide avec la période du ramadan.

« Pendant le ramadan, nos clients sortent après 22 h-22 h 30 et restent en terrasse pour boire un coup et discuter. La journée, il n’y a personne. On va travailler une heure dans la journée seulement ? C’est absurde ! », explique un commerçant historique de la rue.

L’homme est remonté : «Ceux qui prennent ce type de décision ne connaissent rien au commerce», ajoute-t-il, réclamant «un peu plus de souplesse» pour s’adapter «à la clientèle de l’Épeule, majoritairement musulmane». « Si on nous demande de fermer à 23 h 30, c’est comme si vous demandiez à Auchan de fermer pendant les fêtes de Noël », souffle-t-il.

Selon lui, ce type d’arrêté risque «de tuer la vie commerçante à l’Épeule.» Et d’avertir : si les commerçants en infraction continuent à être verbalisés par la police et qu’aucun compromis n’est trouvé, certains commerçants en colère s’attacheront les services d’un avocat. «On ne va pas se laisser faire… » Le problème finira cependant par se régler tout seul : chaque année, la période du ramadan se décale dans le temps. En 2020 par exemple, le jeûne des musulmans aura lieu en mai. […]

La municipalité refuse de polémiquer et dit réfléchir à des solutions

Nathalie Desfrennes, adjointe au commerce mais aussi maire des quartiers ouest et commerçante rue de l’Épeule, souligne qu’elle a déjà octroyé trois heures supplémentaires par rapport à l’an passé. L’élue dit avoir voulu laisser « une chance aux commerçants » cette année et mettre fin à une « stigmatisation » de ce quartier, puisque l’arrêté municipal ne se limitait pas à l’Épeule mais concernait toute la ville. Toutefois, souligne-t-elle, « il y a des limites, et s’il y a des abus, ils doivent être sanctionnés ».

L’adjointe rappelle qu’elle doit aussi « assumer la tranquillité publique » et qu’elle a reçu plus de cinquante personnes du quartier dérangées par le bruit pendant le ramadan. « La loi doit être la même pour tous », lâche-telle, précisant que l’arrêté municipal de juin est indépendant de toute considération religieuse. Mais pour éviter la polémique, Nathalie Desfrennes dit être consciente de l’enjeu économique de la période du ramadan pour les commerçants de cette rue et affirme réfléchir à des solutions pour les années à venir.

Ce que dit l’arrêté municipal de juin 2014

L’arrêté pris en juin sera en vigueur jusqu’au 31 octobre prochain. Il oblige « les terrasses des débits de boissons, restaurants, cafés, bars, cabarets, discothèques et de tous les établissements assimilés ouverts au public et sur lesquelles sont servies des boissons à consommer sur place », à ne plus accueillir de clients à partir de 23 h. Les commerçants sont tenus de finir de ranger « tout le mobilier installé sur lesdites terrasses » au plus tard à 23 h 30 tous les jours de la semaine.

En cas de non-respect de ces dispositions, l’arrêté prévoit une amende de première classe (38 € au maximum) tout en réservant la possibilité à la mairie d’engager des poursuites, sans préjudice des poursuites pour obtenir une condamnation à une amende de cinquième classe, soit 1 500 €.

http://www.lavoixdunord.fr/region/roubaix-certains-commercants-de-l-epeule-ont-brave-ia24b58797n2320000

Tag(s) : #Anti-France

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :