Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il faut que les autorités entendent les habitants des quartiers « oubliés ».

« De véritables zones de non-droit... » Engagé dans un marathon médiatique, au lendemain du meurtre d’Ahmed Boudaoud, Guillaume Delbar a lâché cette phrase lourde de sens. Acculé peut-être. Sans doute. Ce jour-là, le maire UMP de Roubaix a balayé un tabou. Jusqu’alors, cette idée était l’apanage de l’extrême droite. Le coup de couteau fatal reçu par ce père de famille, qui réclamait le silence, et l’émotion qui a suivi ont modifié la donne. Et libéré la parole. Du maire. Mais aussi celle des habitants. Et ce qui était connu des Roubaisiens s’est étalé devant les yeux de la France entière.

Suite à ce fait divers dramatique, nous avons voulu en savoir plus sur ces gens qui vivent dans les quartiers « oubliés » de notre territoire. Dans ces endroits où d’autres règles font la loi. Où une étincelle pourrait facilement provoquer l’embrasement. Ceux qui manifestement n’ont pas droit à la sécurité, à la quiétude. Ni à la même attention que d’autres.

Au Pile, un des quartiers roubaisiens, la tension est à son comble. Tellement à bout, certains habitants ne se retiennent même plus d’annoncer qu’ils pourraient commettre l’irréparable. Ils l’ont clairement dit à notre journaliste. Mais ils ne seront pas un nouveau Ahmed Boudaoud... Ils se feront vengeance, préviennent-ils. Dans les témoignages que l’on peut lire ci-contre, on observe ce ras-le-bol, cette idée d’être laissés-pour-compte. Une résignation sans limite : si la police ne vient plus, on mettra de l’ordre nous-mêmes. Le point de rupture est atteint.

Dans d’autres quartiers, comme au Pont-Rompu à Tourcoing, même délaissés, les habitants croient en des jours meilleurs. En des lendemains qui chantent. Ils n’ont rien, s’organisent pour créer un peu d’animation et espèrent dans la nouvelle municipalité. Mais celle-ci risque d’être confrontée à un sérieux problème, les aides pour la politique de ville ayant été revues. Et Tourcoing ne serait pas favorisée par le découpage.

Sur ce sujet, comme tant d’autres, il est impératif d’avancer. La colère est de moins en moins sourde. Agissons avant qu’elle ne gronde.

http://www.nordeclair.fr/debats/une-colere-moins-sourde-ia0b0n459736

Tag(s) : #Anti-France

Partager cet article

Repost 0