Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Harcèlement de rue". Derrière cette expression à la mode se cache un phénomène bien réel. Le 2 octobre dernier, une Orléanaise en a eu marre. Elle s'est rasée la tête. Un geste « militant » explique-t-elle. Depuis cet acte symbolique, les témoignages affluent.

Larep.fr a mis en place un forum sur son site internet : "Harcèlement de rue : vos témoignages". Sur les réseaux sociaux et sur ce lieu de discussion, elles sont nombreuses à raconter leurs mésaventures. Des femmes importunées, insultées, voire agressées.

Sifflements, remarques déplacées, insultes, gestes obscènes, mains baladeuses... "Les femmes ont toutes été accostées au moins une fois dans la rue", explique "Anonyme" sur notre forum.

"Qu'importe la tenue ou le comportement adopté." Cécilia, confirme sur la page Facebook de La Rep' : "Durant mes deux ans passés à Orléans, il n'y avait pas un jour où je ne me faisais pas insulter ou accoster !"

Des regards insistants

Une atteinte quotidienne qui se fait insidieusement. "Ce sont des regards qui vous déshabillent littéralement", "des regards insistants qui nous suivent et nous dénudent sur place". Pour "Juliel", c'est soit de la "provocation" soit de la misogynie.

"Dans le tram, alors que je n'ai que 18 ans, des groupes d'hommes d'au moins 40 ans se permettent de poser les yeux sur moi de manière perverse et dégradante", raconte Nina. "Un jour l'un d'entre eux a même mimé une masturbation."

"Il nous a même suivies !"

Et ce comportement vire parfois à l’obsession. "Alors que j'étais dans un magasin, un homme m'a attendue sur le parking et m'a fait un grand coucou, il m'a ensuite suivie", confie une internaute.

Et ce genre de témoignage se répète : "Un soir ma meilleure amie et moi sommes allées nous promener sur les quais à Orléans, tout un groupe nous a importunées. Nous avons dû faire demi-tour. Et l'un d'entre eux nous a même suivies !"

"Nous ne sommes pas des morceaux de viande, nous sommes des femmes et avons le droit de nous promener seule !" s'énerve "Anonyme".

Alors que faire ? Certaines ont trouvé la parade. "Donner un faux nom avec un faux numéro". Car l'ignorance ne fonctionne pas toujours. "Quand on ne réagit pas on se fait insulter", avoue "Nanou".

Un des rares hommes à témoigner sur notre forum raconte l'astuce utilisée par l'une de ses amies : "prendre le numéro du premier homme un peu "lourd", et le donner au suivant".

Ces pratiques ne règlent pourtant pas le problème. Pour "Cacaro", "il est grand temps d'en parler et de réagir !" Et "pas uniquement les femmes", des"hommes aussi" doivent prendre la mesure du phénomène.

Erwan Rousseau

http://www.larep.fr/loiret/actualite/pays/loire-sologne/2014/10/09/harcelement-de-rue-des-loiretaines-osent-parler_11176098.html

Harcèlement de rue : des Loirétaines osent parler
Tag(s) : #Deliquescence

Partager cet article

Repost 0