Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mayotte : la formation des juges musulmans financée par les contribuables français

Un nouveau diplôme universitaire « Valeurs de la République et Islam » vient de voir le jour au centre universitaire de Dembeni à Mayotte, île devenue département français grâce aux bons soins de Nicolas Sarkozy pour qui l’islam « c’est la finesse, la modernité ».

Il n’aura fallu que quatre mois pour que soit mise en place cette formation spécifiquement orientée vers l’islam, souhaitée par le régime socialiste et financée par l’Etat, donc par les contribuables français qui seront sans doute ravis d’apprendre que si les caisses sont vides pour eux, elles ne le sont pas pour les musulmans mahorais.

Mayotte : la formation des juges musulmans financée par les contribuables français

Inauguré par le préfet de Mayotte Seymour Morsy, lequel était auparavant préfet délégué pour l’égalité des chances auprès du préfet de l’Essonne, ce diplôme est destiné aux cadis, c’est-à-dire les juges islamiques, salariés du Conseil Départemental, ainsi qu’aux aumôniers des prisons et des hôpitaux.

Le rôle de médiateur des institutions judiciaires des cadis doit par ailleurs être voté au Parlement et à l’Assemblée nationale.

Le préfet n’a pas caché pas sa joie de contrevenir à la loi de 1905 puisque grâce à cela les Français de métropole, sans doute trop moisis et arriérés à son goût, pourront enfin goûter aux joies de l’enrichissement : « ça n’est pas qu’on devait ça aux musulmans de Mayotte, c’est à nous tous que nous devons bien ça ».

Selon lui les cadis seraient à même de résoudre les crises, les violences urbaines et la délinquance, car « ils ont toujours su apaiser les tensions pour emmener les gens vers le consensus et le respect de notre justice, des lois et des valeurs républicaines de tolérance ». Mais comment serait-il possible de demander à des juges de la charia d’une île à 95% musulmane le respect de nos lois si le régime républicain lui-même les bafoue ?

Le représentant des cadis se montre très satisfait et fait connaître sa joie : « aujourd’hui, c’est la communion entre les valeurs républicaines et les valeurs de l’islam de Mayotte qui se retrouvent pour contribuer, enfin, à la paix sociale ». Il insiste sur sa volonté de « généraliser l’enseignement de l’arabe sur l’île. Nous avons l’islam en mémoire, mais pas en compréhension. Les Mahorais doivent comprendre les versets qu’ils lisent, tout en améliorant la maîtrise du français ». Va-t-on aussi leur faire lire les versets appelant à tuer les mécréants, les chrétiens ? Ceux stipulant que les femmes valent moitié moins que les hommes ?

Et pourquoi diable généraliser l’arabe dans un département censé être français ? N’ont-ils pas de coran en français ? Si les Mahorais ne parlent pas bien la langue de notre pays, peut-être serait-il judicieux de commencer par la leur apprendre. Ou bien alors il faudra nous expliquer l’utilité d’entretenir aux frais de la princesse cette verrue mahoraise qui parle l’arabe et étudie l’islam mais à qui on prétend, à coups d’enfumages épais, enseigner les valeurs de la république. Les Français ont-ils vocation à être les vaches à lait de Mayotte et à se faire ponctionner financièrement afin de dispenser l’enseignement de l’arabe aux Mahorais et d’offrir une formation coranique aux cadis ?

Enthousiaste, le préfet surenchérit dans ce sens : « je vous encourage à connaître le Coran, avant même d’apprendre le français. Chacun d’entre nous doit s’approprier son histoire. Ce diplôme procède d’une démarche générale pour tirer le meilleur de la République pour l’islam, et le meilleur de l’islam pour la République ».

Si après ça on n’a toujours pas compris que la France devait s’islamiser, c’est à désespérer !

Selon le responsable de la délégation mahoraise de Caritas, Christophe Vénien quisemble estimer que la métropole serait peuplée de sauvages sans savoir-vivre, Mayotte aurait « beaucoup de choses à apporter à la métropole sur le vivre ensemble ou l’interreligieux. Ici, on a encore souvent droit à un ‘bonjour’ dans la rue », à quoi une journaliste du Journal de Mayotte a répliqué que « la délinquance prend malgré tout de l’ampleur ». Mais peu importe au fond la délinquance quand on dit poliment « bonjour » !

http://ripostelaique.com/mayotte-le-prefet-seymour-morsy-prepare-lislamisation-des-tribunaux.html

Tag(s) : #Anti-France

Partager cet article

Repost 0