Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hollande instrumentalise cyniquement notre drapeau et nos morts

Afin, officiellement, de rendre hommage aux victimes du 13 novembre, François Hollande a demandé aux Français de « pavoiser » leur domicile ce 27 novembre, un vendredi, jour béni des musulmans, celui où les mosquées-casernes se remplissent, où les actions « Allahou akbar » sont les plus fructueuses, jour funeste du début de la guerre menée aux mécréants sur notre sol.

Le terme de « pavoiser » pouvant avoir deux acceptions dont celle de la joie après une victoire, son emploi dans cette circonstance dramatique précise a quelque chose de particulièrement dérangeant. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’en période de deuil et de recueillement, on met habituellement le drapeau en berne. On voit bien qu’il y a quelque chose de pas très sain dans cette demande soudaine de se montrer patriote.

Et puis Jacques Attali n’avait-il pas approuvé cette phrase apparue au lendemain des attentats et indiquant que c’était « de jeunes Français qui ont tiré sur de jeunes Français » ?

Sur l’Express on peut lire que « le drapeau français a pris un ‘coup de jeune’ après les attentats de Paris, incarnant le symbole d’une société libre et ouverte, mais menacée par les djihadistes, qui se rajoute à son interprétation traditionnelle, plus patriotique et sécuritaire ».

Il y a peu pourtant, arborer les couleurs de la France relevait de l’acte le plus nauséabond qui soit, un élément de beaufitude caractérisée aux relents réacs, et tous ceux qui s’en revendiquaient n’étaient ni plus ni moins que des « fachos », voire des « nazis ». Un comble puisque ce drapeau était celui sous lequel se ralliait la Résistance !

Hollande instrumentalise cyniquement notre drapeau et nos morts

 

Le 7 octobre dernier, à Strasbourg devant des Européistes pro-Schengen convaincus l’ovationnant debout, Hollande fustigeait avec la pathétique harangue qui est la sienne « le retour aux nationalismes » (…) « qui nous impose aujourd’hui d’aller dans un chemin que nous n’avons pas voulu ». En 2013 déjà, avant que les Français sachent qu’il les appelait « les sans dents », Hollande dénonçait avec dédain le « populisme », ce courant politique visant aux intérêts du peuple, que manifestement il exècre, contre ceux de ses élites.

Seulement voilà, dans quelques jours auront lieu les élections régionales et il apparaît urgent de s’approprier quelques voix patriotes pour éviter une bérézina électorale. Le virage à 180° pour cause de récupération sur le dos de personnes décédées devient de mise, sans états d’âme ni conscience. Hollande se dirige donc en fanfare vers le chemin qu’il ne voulait pas suivre quelques semaines plus tôt. Et même Manuel Valls joue sur cette corde patriote en contestant le trop plein migratoire qui nous arrive comme une tarte à la crème dans la face, pour ne pas dire comme un tsunami.

Selon que cela arrange le régime ou non, il faudrait soit rejeter vigoureusement nos symboles nationaux, soit les revendiquer le temps d’une pause électorale en utilisant sans vergogne le prétexte d’hommage aux victimes d’un attentat islamiste, pratique à visée éradicatrice commandée et légitimée par Allah lui-même et dont le ministre de l’Intérieur Cazeneuve soutenait qu’elle n’était en rien un délit.

Nous n’oublions pas qu’Hollande avait fait supprimer le drapeau sur le site de l’Elysée quelques mois après avoir pris ses fonctions, et on se souvient encore davantage de cette hallucinante marée de drapeaux étrangers envahissant la Bastille, lieu hautement symbolique s’il en est. Ce 6 mai 2012 pavoisaient les électeurs marocains, algériens, tunisiens, turcs, etc, ces nationalistes assumés et, pour le coup, formidablement loués sans lesquels Hollande n’aurait jamais pu obtenir la place qu’il occupe.

Lorsqu’en janvier dernier Razzy Hammadi a déclaré que les voix se négociaient moyennant quelques mosquées et qu’on « flattait le communautarisme pour des objectifs électoraux », le message était on ne peut plus clair et l’illustration dans les faits on ne peut plus flagrante.

Le retour de bâton de cette bienveillance politique à l’égard de l’électorat musulman s’est fait dangereusement sentir lors des attentats de janvier dernier, puis de manière encore plus dramatique lors des attentats de ces derniers jours.

Comme l’a parfaitement déclaré Emmanuelle Prévost, sœur de l’une des victimes du Bataclan, cet hommage gouvernemental n’est qu’une puante mascarade. Pourquoi, comme elle le demande, ce régime n’a t-il pas pris la mesure et les dispositions qui s’imposaient dès le 7 janvier ? Au lieu de cela, l’islam a été comme toujours défendu, et l’attentat contre Charlie Hebdo a donné lieu a une invraisemblable fumisterie politico-médiatique visant à clouer au pilori les patriotes en les désignant comme coupables, alors même qu’ils ne cessaient d’alerter du danger toutes sirènes hurlantes, dédouanant du même coup les véritables assassins.

La manipulation est encore une fois totale. Nous n’imaginions pas qu’ils oseraient cette fois encore retourner les cerveaux des Français, et pourtant si, ils ont encore osé… Et d’ailleurs cela semble payer puisqu’on nous raconte que Flanby grimpe dans les sondages comme jamais !

Sur BFM TV on pouvait entendre que l’acquisition du drapeau était « un achat décomplexé car depuis les attentats ce n’est pas le nationalisme que symbolise ce drapeau tricolore. Le brandir, l’installer à sa fenêtre est devenu un acte de résistance ». Or BFM indiquait deux jours plus tôt que « les Français ont à cœur d’afficher leur patriotisme » et « de montrer leur fierté d’appartenir au pays », que leur drapeau était « une valeur refuge ». Autrement dit les Français rallument leur cerveau encrassé par des années de propagande perverse pour enfin revenir au bon sens de leurs pères. Sur une vidéo, une fabricante expliquait même que les acheteurs « ne ressentaient plus le besoin de se justifier »…

Etant donné que les Mahométans, souscrivant de fait à la charia à visée expansive, ne risquent pas de mettre le moindre drapeau tricolore à leur fenêtre, inciter les Français patriotes à en mettre un permettra finalement de mieux cibler leur habitation comme étant un lieu où vit un kouffar à attaquer en cas de besoin, selon les préceptes coraniques.

Dans des commentaires, une certaine Camélia explique avoir mis un drapeau dans son jardin depuis juillet 2014, date du début de la construction d’une mosquée dans sa ville…

http://ripostelaique.com/hollande-instrumentalise-cyniquement-notre-drapeau-et-de-nos-morts.html

Tag(s) : #Manipulation

Partager cet article

Repost 0