Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Orly : elle abandonne son restaurant à cause des gens du voyage

Elle parle d’«invasion», de «sauvages». Des mots d’une grande violence, mais qui reflètent, dit-elle, son expérience. Ce mardi matin, Béatrice Guitteaud est venue dire au revoir à ses clients qu’elle affectionnait tant. Hasard du calendrier, quelques heures plus tôt, la police a délogé les gens du voyage qui depuis septembre dernier vont et viennent sur ce parking au gré des expulsions. Quelques semaines après leur première installation, Béatrice cesse son activité.

«Quand ils ont commencé à venir sur la zone aéroportuaire en septembre, les portes de mes chalets ont été forcées. On m’a volée, j’ai été insultée… Je me suis sentie en insécurité». Après trois mois d’absence et une première évacuation du camp, Béatrice rouvre le 3 janvier. Le 5, une centaine de caravanes y a de nouveau élu domicile. De quoi décourager la chef d’entreprise, qui a malgré tout porté plainte pour la quatrième fois.

Il y a deux ans, avec l’accord d’Aéroports de Paris (désormais Paris Aéroports), Béatrice avait fait monter deux petites baraques en bois, au niveau de la gare de frêt, à l’angle des rues de la Soie et du Tri, pour y ouvrir son restaurant : Chalê Sido. Tous les jours, elle y préparait des plats antillais dont elle régalait une partie des salariés du site. «J’avais eu un entretien avec le groupe qui avait été séduit par mon projet. Ce n’était pas juste un point de restauration, mais aussi un lieu de vie». Un sentiment que partagent les employés du bâtiment le plus proche. Dans les couloirs lustrés des étages, on regrette déjà la seule restauratrice des alentours. «Oh non, tu pars pour de bon ? questionne Jean-Claude, bénévole d’Aviation Sans Frontières. C’est dommage, ça nous faisait un plat chaud et ça changeait du bureau…» «Ça me fait plaisir de te voir, renchérit Annick en embrassant Béatrice. Je te souhaite le meilleur, tu le mérites. Je leur en veux tellement».

Pour Paris Aéroports aussi, le départ de Béatrice est une perte. «Son point de restauration répondait à notre souhait de proposer une offre en zone cargo, commente le groupe. On déplore [son départ], mais nous le comprenons parfaitement».
Après les adieux à ses clients, Béatrice s’arrête sur le parking quasi désert. D’ici quelques heures, des blocs de béton en verrouilleront l’accès. Deux voitures déboulent pour récupérer trois caravanes oubliées. «On reviendra, hurle un homme. Et on sera 400 !». «Vous voyez, c’est pour ça que moi, je ne reviendrai pas, lâche Béatrice. Parce quand ils disent cela, ils le font».

http://www.leparisien.fr/orly-94310/orly-elle-abandonne-ses-restaurants-a-cause-des-gens-du-voyage-11-01-2017-6553779.php#xtor=AD-1481423552

Tag(s) : #Deliquescence

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :