Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Selon des chercheurs, le premier homme est apparu en Europe et non pas en Afrique

À l’heure actuelle, la plupart des experts estiment que notre lignée humaine s’est séparée des singes il y a environ sept millions d’années en Afrique centrale, où les hominidés sont restés pour les cinq millions d’années suivantes avant de s’aventurer plus loin.

D'après les conclusions de deux études scientifiques, la lignée humaine et celle des grands singes se seraient séparées en Europe, et non en Afrique. Selon cette thèse, contestée par une part du monde scientifique, les deux espèces auraient divergé il y a plus de sept millions d'années.  

Dans le petit monde des paléontologues, un mystère concentre toutes les attentions: la séparation de la lignée ayant engendré les hommes de celle ayant donné naissance aux grands singes, autrement dit, l'origine de l'être humain. Jusqu'à présent, les scientifiques s'accordaient pour la situer à une période comprise entre cinq et sept millions d'années avant notre ère.

Deux études parues ce lundi dans la revue scientifique PLOS One, et repérées par le Huffington Post, relancent le débat. Une équipe internationale de chercheurs affirme en effet que les résultats changent entièrement le début de l’histoire humaine. La divergence d'espèces serait survenue plus tôt que ce qui avait été dit précédemment. A cette nouvelle datation correspond également une nouvelle localisation: le premier ancêtre de l'Homme serait natif du continent européen et non d'Afrique. 

Une affaire de prémolaire 

A la base de ces conclusions, l'examen au moyen d'une technique d'imagerie nouvelle de fossiles situés dans l'est du bassin méditerranéen et connus depuis des dizaines d'années : l'un est la partie inférieure d'une mâchoire en Grèce, l'autre une prémolaire supérieure découverte en Bulgarie. Ces deux reliquats, tous deux vieux de 7,2 millions d'années, ont révélé des racines de prémolaire en partie fusionnées.

La découverte de la créature, appelée Graecopithecus freybergi et surnommée «El Graeco» par les scientifiques, prouve que nos ancêtres commencent déjà à évoluer en Europe 200 000 ans avant le premier hominidé africain.

Cette trouvaille est capitale aux yeux des spécialistes: ces racines sont séparées chez les grands singes et fusionnées chez des pré-humains avérés comme l'Australopithèque. Jochen Fuss, professeur à l'université de Tübingen, en Allemagne, et participant à ces études, a résumé le sentiment général: "Nous avons été surpris de ces résultats alors que les hominidés pré-humains connus jusqu'alors avaient été trouvés seulement en Afrique subsaharienne".

 

Selon des chercheurs, le premier homme est apparu en Europe et non pas en Afrique

Une thèse contestée

David Begun, professeur de paléontologie à l'université de Toronto, au Canada, et l'un des principaux auteurs de l'étude, a tiré un enseignement marquant de l'estimation de l'ancienneté des sites préhistoriques où ont été découverts les fossiles (respectivement 7,24 et 7,17 millions d'années): "Cette datation nous permet de situer la séparation entre les humains et les chimpanzés dans la région de la Méditerranée." Madelaine Böhm, elle aussi enseignante à l'université de Tübingen et rédactrice de ces études, a avancé une théorie sur les causes de cette séparation. Pour elle, la conjonction de l'extension du Sahara il y a plus de sept millions d'années et l'arrivée d'un "écosystème de savane" à la même époque dans le sud de l'Europe aurait favorisé la divergence des deux branches. 

Cependant, selon des chercheurs américains interrogés par le Washington Post, les éléments apportés par ces scientifiques ne sont pas si convaincants. Tout d'abord, ils ont affirmé que les auteurs de ces études tiraient des conclusions démesurées d'un matériau assez pauvre. De plus, Jay Kelley, paléontologue également, a assuré au quotidien de la capitale fédérale des Etats-Unis que David Begun était partisan depuis longtemps d'une origine européenne de l'Homme et d'un détour ultérieur de celui-ci vers l'Afrique, une thèse qui n'aurait pas suscité l'enthousiasme de la communauté scientifique jusqu'ici. 

http://www.telegraph.co.uk/science/2017/05/22/europe-birthplace-mankind-not-africa-scientists-find/

http://www.bfmtv.com/planete/selon-des-chercheurs-le-premier-homme-est-apparu-en-europe-et-non-pas-en-afrique-1170351.html

Tag(s) : #Histoire en memoire

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :