Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Deux semaines après la tragédie de Charlottesville, un cinéma de Memphis a suspendu sa projection annuelle du film de Victor Fleming sorti en salles en 1939, estimant que cette œuvre aux dix Oscars, qui plonge dans la Guerre de Sécession, était insensible au public afro-américain.

Scarlett O'Hara n'est plus la bienvenue dans la salle Orpheum de Memphis. Autant en emporte le vent était projeté chaque année depuis 34 ans dans ce cinéma du Tennessee, au sud des États-Unis, qui a décidé de suspendre cette tradition, un peu plus de deux semaines après l'attaque de Charlottesville, dans laquelle une militante antiraciste a été tué par un suprémaciste blanc. 

Le soir précédent, le 11 août, le film de 1939 aux dix Oscars avait été projeté sur l'écran de Memphis. Le cinéma a alors reçu des plaintes, motivées par le portrait discriminant des noirs américains et la vision idéalisée des Sudistes que ce film, qui plonge au cœur de la Guerre de Sécession, véhiculerait. La direction de l'Orpheum a réagi en annonçant que les aventures de Scarlett et Rhett ne seraient plus au programme l'année prochaine, déclenchant un tollé sur la toile.

«La récente projection d'Autant en emporte le vent (...) a généré un nombre important de commentaires. L'Orpheum les a soigneusement étudiés», s'est justifié Brett Batterson, le président de l'Orpheum Theatre Group, précisant au New York Times qu'«en tant qu'organisation dont la mission est de divertir, d'éduquer et d'éclairer les communautés qu'elle sert, l'Orpheum ne pouvait montrer un film insensible à un grand pan de sa population locale». 

Souhaitant désamorcer la polémique, Brett Batterson a expliqué au Commercial Appeal, un quotidien de Memphis, que les préoccupations à propos de ce film ne dataient pas de la tragédie de Charlottesville et des débats qui en ont suivi, mais que la question se posait chaque année depuis longtemps.

Les réseaux sociaux n'ont pas tardé à s'emparer de l'affaire, entraînant une vive polémique. «La tolérance vire à la censure. Encore une fois», a déclaré le philosophe québécois Mathieu Bock-Côté sur Twitter.

Accusé de racisme, Autant en emporte le vent dans la tourmente aux États-Unis

D'autres ont créé des variations autour du titre: «À ce rythme-là, ce sont bientôt nos libertés, notre identité et notre culture qui seront ‘gone with the wind'» [le titre anglais du film, NDLR]. «Le bon sens a été emporté par le vent dans ma ville natale de Memphis», s'est écrié le journaliste et écrivain américain Todd Starnes.

D'autres encore de rappeler que l'actrice Hattie McDaniel, qui y joue une esclave du nom de Mamma, a été la première Afro-américaine à recevoir un Oscar en remportant celui de la meilleure actrice dans un rôle de soutien.

Un été de polémiques

L'annulation du film de Victor Fleming, tiré du roman éponyme de Margaret Mitchell, s'inscrit dans le contexte de vives polémiques qui se sont succédé tout l'été à propos des statues et monuments de personnages historiques controversés. C'est le cas déjà depuis plusieurs années des centaines de monuments d'hommage aux figures sudistes. En août, ce fut le cas à Durham en Caroline du Nord où la statue d'un soldat confédéré érigée en 1924 a été abattue par des manifestants. 

La même scène fut observée à Gainesville en Floride. Dans le Tennessee, à Nashville, une manifestation a été organisée pour exiger le retrait du Capitole d'un buste de Nathan Badford Forrest, général confédéré et fondateur du Ku Klux Klan. Le rassemblement de la droite radicale à Charlottesville, le 12 août dernier, qui a tourné à la tragédie, était motivé par le refus du retrait annoncé d'une statue de Robert Lee, général en chef des armées des États confédérés pendant la Guerre de Sécession.

Répondant à ces polémiques, Donald Trump a pris le parti de s'opposer à la démolition de ces monuments confédérés déclarant que leur retrait était «une mise en mise en pièces» de l'histoire américaine. «George Washington possédait des esclaves (...). Est-ce qu'on va enlever ses statues? Et Thomas Jefferson? Est-ce qu'on va enlever ses statues? Il possédait beaucoup d'esclaves», a-t-il également lancé à propos des premier et troisième présidents des États-Unis, tous deux morts avant la Guerre de Sécession. À l'inverse, Bill de Blasio, le maire de New York, a envisagé publiquement de déboulonner la statue de Christophe Colomb, parce qu'elle serait offensante pour les Amérindiens. De l'autre côté de l'Atlantique, en Grande-Bretagne, le quotidien The Guardian a proposé dans un article d'abattre la statue de Nelson, accusé d'avoir défendu l'esclavage.

http://www.lefigaro.fr/cinema/2017/08/30/03002-20170830ARTFIG00214-accuse-de-racisme-autant-en-emporte-le-vent-dans-la-tourmente-aux-etats-unis.php

Tag(s) : #Manipulation

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :