Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un groupe d'anarchistes cause pour 150 000 euros de dégâts à l'université J. Jaurès de Toulouse

Le groupe des "Zadistes" (pour Zone à défendre), composé de 15 à 35 anarchistes selon les jours, qui squattent l'université Jean Jaurès de Toulouse ont causé depuis un mois 100 000 euros de dégâts, alors que l'université avait investi pour 350 000 millions d'euros de réfection et de construction de bâtiments neufs depuis 2000.

Le tribunal administratif a bien ordonné l'évacuation il y a deux semaines mais le président de l'université, par ailleurs menacé de mort par lesdits squatteurs, s'y refuse, préférant attendre que le mouvement s'essouffle tout seul. Il semble pourtant que cela ne soit pas le cas puisque les Zadistes ont décidé de construire un four à pain dans les lieux, montrant par là leur volonté d'y rester.

Au prétexte de la mort de Rémi Fraisse, les "révolutionnaires" auto proclamés ont tagué des dizaines de salles, d'amphis et de bâtiments neufs avec "un flic, un balle, une patrouille, une rafale". Ils ont également cassé des vidéoprojecteurs, des ordinateurs et du câblage.

Un précédent avait déjà eu lieu en 2009 et les étudiants avaient dû en venir aux mains pour pouvoir suivre leurs cours dont un semestre avait été perdu... Suite à cela, l'université avait vu fuir nombre d'étudiants qui ne voulaient pas s'y inscrire.

Les revendications du groupe sont très fluctuantes, ils se déclarent "vaguement" intermittents du spectacle, distribuant des câlins gratuits et des conseils sur les plantes médicinales. L'un d'eux se promenait ces jours-ci avec un couteau à la main pour expliquer le principe de l'autogestion et revendiquer son opposition au consumérisme...

Addendum du 24 décembre :

Menaces, vols, dégradations quotidiennes… Pendant un mois, l'administration de l'université a vu la situation se dégrader. Selon Jean-Michel Minnovez, président de Jean-Jaurès, le montant des dégâts est considérable.

«Aujourd'hui, nous estimons le préjudice à environ 150 000 €. Des caméras, des tables, des chaises, et surtout des serrures ont été dégradées à plusieurs reprises. En plus de cela, les cinq locaux occupés ont été recouverts de tags et d'inscriptions outrancières. Visiblement les occupants étaient dans une logique de casse et de vol», considère-t-il.

Pour stopper ce phénomène, Jean-Michel Minovez avait déposé plainte devant le tribunal administratif, lequel a autorisé une intervention des forces de l'ordre pour faire évacuer les lieux. Hier au petit matin, une trentaine de CRS de Toulouse a établi un périmètre autour de cette «ZIC», avant de surprendre les derniers occupants restés sur place pendant les vacances, et d'intervenir rapidement. Aucun incident n'a été signalé pendant l'opération.

À l'ouverture de la porte du foyer de géographie, fief symbolique du mouvement, a succédé une scène ahurissante. En pénétrant dans la salle, les policiers ont interrompu une dizaine de jeunes qui discutaient sur un canapé. Au moment de l'évacuation, l'un d'entre eux a essayé de dissuader les CRS en leur indiquant qu'il était atteint de la gale. L'information a été confirmée quelques heures plus tard, et a entraîné une désinfection totale des locaux.

En définitive, seize personnes ont été «expulsées» dont un mineur en fugue conduit au commissariat. «Les cours reprendront normalement le 5 janvier 2015. Nous ne nous laisserons plus surprendre par ce mouvement inédit. L'occupation illégale est terminée. Place au nettoyage et à la désinfection», a conclu le président de l'Université.

http://www.ladepeche.fr/article/2014/12/24/2017795-fac-mirail-fait-comptes-apres-expulsion-zadistes.html

Tag(s) : #Anti-France

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :