Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quand Enrico Macias appelait à voter l'extrême droite de Netanyahu

En 2014, Enrico Macias avait fait partie du comité de soutien de la socialiste Anne Hidalgo pour sa candidature à la mairie de Paris. Le chanteur s'est toujours revendiqué comme étant un homme de gauche, le camp autoproclamé des valeurs du bien. 

C'est pourtant aux côtés de Nicolas Sarkozy qu'il avait fêté la victoire de ce dernier au soir du 6 mai 2007 à la Concorde, s'engageant à nouveau à ses côtés lors des Présidentielles de 2012.

Suite à la défaite du candidat Sarkozy, Enrico Macias avait donc choisi de faire volte-face pour se tourner du côté de la majorité au pouvoir.

Récemment, le chanteur a déclaré vouloir quitter la France si Marine Le Pen était élue en 2017, appelant ses frères "juifs" et "musulmans" à faire de même.

Quid des autres, pourrait-on se demander...

 

 

 

On ne peut que s'étonner de ce qu'Enrico Macias conteste, d'une part, les règles démocratiques et la légitimité d'un parti agréé par la République, donc a priori conforme aux "valeurs républicaines", et d'autre part déclare sa flamme à Benyamin Netanhyaou qui prône des valeurs encore plus nationalistes que le FN !

Il faut croire que ce qui est valable pour Israël ne doit pas l'être pour la France. A quel titre ce deux poids deux mesures ? Bien malin qui pourrait le dire...

Le père de Netanyahou fut le secrétaire de celui qui était surnommé "le père spirituel de la droite israélienne", parti au sein duquel naquit plus tard le parti nationaliste Likoud. Son fils "Bibi" perpétue brillamment son action en dirigeant lui-même ce parti. 

En juillet 2014, sur ordre de Tsahal, l'armée israélienne a tiré « dans le tas pour avoir un terroriste, peu importe le nombre de victimes civiles ». En avril 2015 le pays était par ailleurs secoué par des  manifestations de quelques milliers d'Israéliens d'origine éthiopienne, les falashas, qui dénonçaient les arrestations arbitraires et le racisme de la police envers eux.

En janvier 2015, l'ONG Human Rights Watch accusait Israel de "violer les droits des 25.000 ouvriers agricoles thaïlandais, sous payés et exploités", lesquels ont déclaré "être payés en-dessous du salaire minimum légal, travailler au-delà des horaires légaux, être exposés à des dangers et rencontrer des difficultés quand ils voulaient changer d'employeurs".

Leur rapport dénonçait également les conditions de logement de ces ouvriers. Les autorités gouvernementales israéliennes ont refusé de commenter ce rapport gênant.

Une autre ONG, The Workers Hotline, reconnaissait dans un communiqué avoir constaté les mêmes manquements graves et dénonçait notamment le secteur agricole israélien comme étant "une pépinière en terme de violations des droits des travailleurs migrants et des droits de l'Homme". 

Alors pour Enrico Macias, pour qui "tous les Israéliens sont mes frères", il faut croire que certains comportements xénophobes seraient acceptables, du moment qu'ils sont validés par un pays autorisé, semble-t-il, à les commettre.

En attendant, c'est bien la France "rancie" qui l'a fait vivre durant des décennies, y compris ces Français qu'il méprise aujourd'hui. Mais il sera sans doute vain d'en attendre quelque gratitude et reconnaissance...

 

http://www.lefigaro.fr/politique/2014/01/12/01002-20140112ARTFIG00081-le-soutien-surprise-d-enrico-macias-a-anne-hidalgo.php

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/01/21/97001-20150121FILWWW00085-pour-hrw-israel-exploite-les-ouvriers-thailandais.php

Tag(s) : #Anti-France

Partager cet article

Repost 0